Pour finir clore ce chapitre II, je tenais à vous présenter trois (03) personnes envers lesquelles j’exprime une profonde gratitude. Elles ont beaucoup contribué pour la concrétisation de notre voyage à Paris, avant, pendant et même après.

D’abord, Noëlie Kiswensida KOURAOGO.

Elle est présidente de l’association Mys’TIC Burkina et psychologue de l’éducation et de développement. Aussi, elle est manager de projets avec une dizaine d’années d’expériences de travail dans les ONG. Consultante et formatrice indépendante, elle dirige depuis Mars 2019 son cabinet de consultation Yirmenya Institute. En octobre 2019, elle avait fondé la crèche et école maternelle Académie Sainte Edith, sis au quartier Somgande de Ouagadougou. Très dynamique et engagée pour différentes causes telles que : les droits humains, la paix et la sécurité, elle eut l’opportunité en 2014 d’être sélectionnée à deux (02) reprises par le département d’Etat Américain pour prendre part à des programmes IVLP (International Visitors Leadership Programs) sur le thème : « Femmes, paix et sécurité », puis en 2018 sur la thématique « Prévention et la lutte contre la radicalisation et l’extrémisme violent ». A travers ces deux programmes, elle a parcouru neuf (09) Etats en Amérique à la rencontre d’autres professionnels et acteurs travaillant dans le domaine. De retour au pays, elle intégra l’ABPEC US/BF (Amical des bénéficiaires des programmes d’échanges culturels Etats-Unis/Burkina Faso), association dans laquelle, elle occupe le poste de trésorière. Par ailleurs, elle occupe le poste de vice-présidente au Conseil national de “The Hunger Project“, une ONG américaine qui travaille avec les communautés rurales pour le développement et la lutte contre la faim. Sa passion pour l’autonomisation de la femme et des jeunes, qui l’a motive à s’engager toutes les fois que l’occasion se présente à elle. C’est elle qui nous (les deux lauréates bénéficiaires du voyage d’études) avait accompagné en France. Grâce à sa bonne volonté, les évènements se sont déroulés dans de bonnes conditions.

Ensuite, Magali Sawadogo.

Magalie Sawaodogo

Elle est une jeune femme assez discrète, mais qui travaille de façon méthodique et dynamique, dans l’ombre. Toujours apte à apporter son aide en termes de conseils et de direction, elle est une leader dans l’âme. Qualité qui lui donne d’être très méticuleuse et exigeante pour tout type de travail qu’elle nous demandait d’exécuter. Elle réside en France depuis quelques années, lieu où elle a davantage forgé sa personnalité et son caractère de femme battante. Entreprenante, elle est se donne à fond pour la réussite de ses projets. L’une des choses qui m’avait beaucoup marqué chez elle, c’est qu’elle pouvait travailler jusqu’à des heures tardives, puis se réveiller de bonne heure, malgré les successions de journées mouvementées. La ponctualité est l’un de ses principes. Les veilles de nos rendez-vous, elle prenait le soin de nous rappeler notre programme, avec les indications précises sur la situation géographique, l’heure à laquelle nous devrions quitter l’hôtel et le temps qu’il nous fallait pour y arriver. C’est par son intermédiaire que j’avais entendu parler du concours Mys’TIC au mois de décembre 2019 lorsqu’elle était de passage au Burkina. On ne se connaissait pas. Je l’avais croisé dans une compagnie de transport en commun, où elle était ma voisine de siège. L’une des choses importantes à souligner, c’est qu’elle est restée neutre lorsque je participai au concours, sans me donner des informations « officieuses » sur le déroulement. C’est cela l’intégrité ! De retour au Burkina, elle nous exhortait à poursuivre la réalisation de notre projet, car notre voyage en France devait avoir un impact positif pour nous et être source de motivation pour d’autres jeunes filles.

Puis, Syntiche OUEDRAOGO/GUEBRE.

Syntiche Guebré/Ouedraogo

Elle est inspecteur du travail et Directrice régionale du travail et de la protection sociale des Cascades Banfora. Aussi, elle est certifiée du centre international de formation de l’OIT (CIF/OIT) basé à Turin en Italie, en Techniques de négociation collective pour le monde du travail ; et du Centre Régional de Leadership YALI DAKAR (CRL YALI DAKAR) en Public Management et Leadership. Elle dirige l’association Ladies Stand up qui œuvre à la scolarisation et au parrainage des jeunes filles défavorisées de la ville de Bobo-Dioulasso. Elle démontre une combativité inspirante. Je me souviens que pour créer ce blog en mars 2019, c’est elle qui m’avait donné un coup de main. Je n’avais aucune affinité avec elle. Elle l’avait fait en tant représentante de l’association Mys’TIC à Bobo-Dioulasso. Après le concours, nous avons  beaucoup collaboré !

Leurs efforts conjugués m’avaient été d’une grande utilité : voyage entièrement pris en charge (billets d’avion aller-retour, logement à l’hôtel, frais liés au déplacement et à la restauration). Et pour cela, je suis très reconnaissante.

J’ai appris beaucoup durant ce voyage et j’en garde de beaux souvenirs et belles expériences. Au final, nous n’avons pas que des moments de « malheurs » dans nos vies, il y en a de très bons. Et rien qu’à regarder à ces derniers, nous tenons toujours le cap pour affronter l’avenir. D’ailleurs, s’arrêter et regarder aux bienfaits passés de Dieu dans nos vie nous aide à ne pas sombrer dans l’amertume, la dépression, les plaintes, les vices de tout genre dus à la tristesse et aux vicissitudes de la vie.

La gratitude nous ouvre des portes, c’est une attitude qui plait à Dieu et honore les Hommes. Être reconnaissant pour les faveurs parfois imméritées, nous positionne pour en recevoir davantage

L’objectif justement de cette série d’articles sur la Gratitude était de vous inviter à adopter cette habitude. Puis, à persévérer pour ceux qui la pratique déjà. Bon début de mois !

OLIDI

Crédit photos : istock (image de garde)

(Visited 145 times, 1 visits today)