Depuis quelques temps, je pense profondément au sens de la vie, à tout ce après quoi les HOMMES courent: honneur, diplômes, opportunités, avancement, réalisation de ses projets, travail, positions sociales, voitures, maisons, mariage, fiançailles, biens matériels…

Et je me suis rendue compte, comme le dit le livre d’Ecclésiaste 1: 14 « Vanités des vanités, tout est vanité ». Pour dire que ces choses sont bien, et même très bien, mais elles ne sont que passagères.

En 2013, j’avais une amie venue de la Côte d’Ivoire pour poursuivre ses études universitaires. En année de licence, elle eut la grâce de se fiancer, et préparait sa soutenance. Malheureusement, elle décéda tragiquement dans un feu nocturne qui a pris leur domicile familial, elle et quelques membres de sa famille d’accueil... Jamais, elle ne s’était mariée, jamais elle n’avait pu obtenir son diplôme. La mort lui arracha tout 😔.

Cet événement m’avait beaucoup marqué et conduite à me poser des questions sérieuses : A quoi ma vie sert-elle ? Donc, tout ce après quoi je cours, peut m’être arraché du jour au lendemain, brusquement 😢? Je comprenais la profondeur de ce verset ! Je voyais effectivement que tout n’est vraiment que du vent !

En réalité, la mort nous arrachera tout un jour. Nos titres et projets, nos biens mobiliers et immobiliers, nos comptes en banque et diplômes, nos parents et amis, notre mari ou femme ou fiancé, nos enfants, notre fierté…😫. Nous nous retrouverons seul dans le tombeau. Notre beauté se flétrira, notre corps sera sans doute rongé 😰.

Il est vraiment important de saisir pendant que nous avons l’occasion, et sommes encore en vie : L’ESSENTIEL. Les autres choses oui, mais DIEU d’abord ! Les autres choses oui, mais notre FOI d’abord ! Les autres choses oui, mais notre Salut d’abord !

As tu des péchés non confessés? Des choses que tu as faites en cachette ou en public, dont tu en as terriblement honte? Es-tu en bonne relation et communion avec Dieu?

Il ne s’agit pas d’effectuer seulement des activités et rituels religieux pour calmer sa conscience. Mais, as-tu au fond de toi l’assurance de ton salut ? Où passera tu l’éternité ?

La suite bientôt…

OLIDI

Crédit photo : pixabay

(Visited 69 times, 1 visits today)