Le rêve est une chose plaisante, une aspiration profonde, une espérance que nous entretenons tous, à des étapes de notre vie. Peu importe l’âge, chaque personne nourrit au fond de lui un désir qu’il aimerait voir se réaliser, s’accomplir, s’exécuter. Et cela est tout à fait normal. Car, sans rêve, nous ne deviendrons que des robots, des êtres préformatés,  qui n’ont pas de vie sur terre. Le rêve nous motive à entreprendre, nous pousse à chercher, creuser, à se surpasser, à persister et même à se lever chaque jour avec un objectif déterminé. Sans lui, nous serions des vagabonds terrestres, sans but, sans raison de vivre. 

Le rêve est cet élément qui donne de la saveur à notre existence. Grâce à lui, les Hommes ont vécu dans le passé et continuent de vivre en faisant de grandes réalisations. En effet, rêver c’est imaginer, voir dans ses pensées ce que nul autre ne voit. Les grands progrès sociaux, outils, inventions que nous voyons aujourd’hui et dont nous bénéficions ont fait d’abord l’objet de «rêves» d’autrui: l’avion, le véhicule, les immeubles, l’encenseur, les machines à laver, l’abolition de l’esclavage, de l’apartheid… 

Rêver c’est ce sentiment de vouloir de se sentir utile à la société, corriger une tare, créer pour soulager. Rêver c’est voir c’est paraître fou aux yeux du monde ! 

Je voudrais vous compter en quelques mots, une anecdote qui m’a beaucoup marqué lors de mes lectures, qui j’estime aidera plus d’un, à ne pas abandonner ses rêves quelque soit les jugements de valeurs d’autrui. C’est celui d’un grand inventeur Henry Ford. Ce dernier avait une idée, celle de mettre en place une sorte de machine qui pourrait rouler sur terre avec (04) quatre roues et pouvant transporter des personnes. Çela paraissait presqu’ impossible ou minime aux yeux de ses contemporains, au point où Thomas Edison (qui d’ailleurs était aussi un grand inventeur de son ère), essaya de le persuader d’abandonner sa toute nouvelle idée de création d’un automobile, considérant que ce concept ne marcherait jamais. Il lui demanda de venir travailler avec lui sur des inventions qui en valaient, elles vraiment la peine. Waouh ! Quel pessimisme ! 

Bien qu’Edison ait été un inventeur hors pair, il semblerait qu’il eût tendance à n’être positif que pour ce qu’il était lui en capacité de faire, et plutôt pessimiste à l’égard des inventions de ses homologues. Fort heureusement,  qu’Henry Ford ne l’écouta pas. Il poursuivit ses recherches sur comment concrétiser son idée, jusqu’à aboutir à la matérialisation concrète et physique de son concept.

Par sa persévérance, nous devons tirer des leçons pour nos propres vies. D’abord, nous devons comprendre qu’aucune de nos idées ou choses que nous voulons réaliser n’est à minimiser. Ensuite, ne partageons pas nos rêves avec tout le monde, car beaucoup peuvent les tuer. Enfin, allons jusqu’au bout de nos rêves, ils peuvent être salvateurs pour notre génération et celles à venir. Aujourd’hui l’automobile atteste qu’Henry Ford à eu raison de poursuivre ses rêves. Il n’est plus dans ce monde, mais sa création est devenue utile voire indispensable pour le quotidien des Hommes. 

Donc, la prochaine fois que vous utiliserez une voiture, réjouissez vous qu’Henry Ford n’ait pas laissé la vision et les propos de Thomas Edison l’influencer. Que cet exemple vous dissuade définitivement de permettre à quiconque, par des paroles pessimistes, de vous détourner de vos rêves. «La négativité est contagieuse, prenez garde de ne pas l’attraper», disait la grande conférencière Joyce Meyer

Même si vous êtes le seul membre de votre famille, de votre groupe d’amis ou collègues, ou de votre pays,  rester celui ou celle qui à l’attitude et le point de vue optimiste en toute situation.

OLIDI

crédit photo: pixel et pixabay

(Visited 61 times, 1 visits today)