Arrivée dans les locaux, je fus accueillie par Mme Huguette NGUETCHUE, Office Manager à Seraphin Legal. Elle m’a fait asseoir, me proposai un thé puis me présentai à quelques membres du personnel, qui étaient très sympathiques et accueillants !

Ensuite, elle m’expliqua le déroulement de ma journée d’immersion. Je devais d’abord créer un assistant pour mon blog sur Seraphin Assistant[1], réaliser l’interview de Mr Gibran Freitas[2] et rédiger un article résumant le contenu de ces échanges.

Mode, une jeune femme dynamique de l’équipe, m’a expliqué brièvement comment réaliser cet assistant avec des exemples à l’appui. Très vite, je me suis amusée à le créer, puis le modifier selon les aspirations de mon projet. Cela demandait de la réflexion et une bonne structuration de ses idées.

A 12h, ce fut l’heure du déjeuner, nous avons mangé sous le beau soleil de la Cathédrale « notre Dame des victoires ». Vers 13h, l’interview devait commencer. J’avoue que c’était ma première fois de réaliser un interview qui devait être retransmis par écrit. N’ayant aucune notion en « journalisme », j’ai procédé le plus simplement possible, en étant moi-même. Le contexte de l’interview m’avait été présenté, avec un temps de préparation. Après avoir griffonné les questions sur mon calepin, mon téléphone était prêt pour l’enregistrement audio.

Je me suis d’abord présentée à Mr Freitas Gibran, en lui expliquant la raison de ma présence dans les locaux de Seraphin Legal, ainsi que les ambitions de mon projet. Et il en fit de même. Il répondait bien volontiers, avec précisions à l’appui.

L’interview terminé, il me fallait rédiger l’article[3]. Cela m’a pris pas mal de temps, car des recherches pour mieux comprendre le projet qu’il a cofondé, étaient nécessaires. Ainsi, ayant visité le site de Legal Tech Africa, j’ai obtenu toutes les informations utiles.

Quelques minutes avant l’heure de “descente“, l’article était prêt, bien qu’il ne fût pas exactement selon mes attentes ! J’aurai voulu mieux le peaufiner, mais hélas, le temps ne me le permettait plus. Donc, je l’ai envoyé par e-mail à l’équipe.

Avant de quitter les locaux, Mme Huguette me donna des conseils très important sur mon projet. Son approche m’a beaucoup conforté, par ses propos, je commençai à réaliser l’immensité de la tâche qui m’attends. L’une de ses phrases qui m’a marqué « bâts toi pour ton projet ». Ma vision a totalement changé ! Vivement que je m’y mette et bien, surtout !

Devant rejoindre le groupe[4] pour une autre activité sur le Marketing Digital à 18h, je me dépêcha de rechercher la situation géographique du lieu où devait se tenir cette formation “After Work“.

Ma présence à Seraphin Legal me fut d’un grand enseignement ! Un message de remerciement a été envoyé à toute l’équipe, adressé particulièrement au Directeur Général, Mr Thomas SAINT-AUBIN, qui a bien voulu me recevoir pour cette journée d’immersion.

Quelle belle opportunité !

OLIDI

[1] Il s’agit de la création d’assistants juridiques virtuels qui détermine les besoins d’un client en fonction de sa situation de fait, établit la (pré) qualification juridique d’une situation de fait. Cela se fait au travers d’un arbre décisionnel grâce à un outil de mindmapping.

[2] Cofondateur de Legal Tech Africa qui était de retour de Tunisie d’un évènement

[3] Vous trouverez l’interview avec Mr Freitas dans la même rubrique de cette catégorie.

[4] Kouraogo Noélie, Sawadogo Magalie et Aiché Djiga

(Visited 114 times, 1 visits today)