A la suite de la première partie du résumé, je vous présente la deuxième partie. Bonne lecture 📜

4. L’amour qui surmonte les obstacles

L’aimer, c’est être son plus fidèle supporter ! Il est possible que votre époux n’ait pas toujours conscience de la valeur de votre soutien. Pourtant vous êtes la personne la mieux placée pour saisir les tenants et aboutissants de ses défis et pour l’encourager à prendre sa place. Il peut arriver dans tous les couples que chacun poursuive ses objectifs sans trop se soucier de l’autre. Des vies ainsi vécues en parallèle peuvent détruire les deux conjoints. Ils s’écroulent sous des fardeaux qui ne sont pas faits pour être portés seul. L’aimer, c’est prier pour lui ! Un mari dévoré par les soucis professionnels peut s’épuiser. Il ne va en émerger que pour décompresser en se plongeant dans son  hobby favori. L’épouse a alors l’impression de porter seule le poids du foyer. La profession peut devenir une rivale. Que faire ? L’encourager à délaisser sa réussite professionnelle pour sa famille ? L’accabler de remontrances ? Reconnaissons-le, cela ne fonctionne pas vraiment… C’est un sujet délicat et il faudrait pouvoir en parler en couple. Bien souvent l’épouse a tenté d’aborder le sujet sans être entendue. La prière est une arme 🎯!

A l’exemple d’Esther (Lire le livre d’Esther dans la Bible), n’en minimisons pas l’importance. A défaut de vrai dialogue, l’intercession accélère le processus de maturation. Elle fait aussi disparaître les plaintes à droite et à gauche auprès d’amies, de parents ou même de groupes de prière. Maladroitement, dans l’intention de susciter l’intercession, nous révélons des faits qui souvent devraient rester confidentiels. Lorsqu’un mari découvre que sa femme le critique à son insu, il en est blessé, et le conflit risque fort de s’envenimer. Il est salutaire d’avoir une ou deux coéquipières de prière ayant suffisamment de maturité pour porter les fardeaux sans les divulguer. L’intercession apporte parfois une solution immédiate, mais le plus souvent elle prépare d’autres étapes comme un dialogue tête à tête, ou l’aide d’un conseiller conjugal. Elle peut aussi nous aider à découvrir ce que le mari cherche à prouver quand, par exemple, il se tue au travail. L’épouse d’un pasteur béninois m’a avoué que son mari avait trouvé une maîtresse avec laquelle il est difficile de rivaliser : l’ordinateur ! Cette redoutable machine, dévoreuse de temps, monopolisait toutes les soirées de son époux, détruisant peu à peu leur vie de couple. En priant, elle a réalisé que si son mari était sourd à ses plaintes, elle aussi restait sourde à ses anxiétés. Cet homme affrontait seul un chantier gigantesque : la traduction de la Bible📙.

Au lieu de prier contre ce travail, elle s’est alors mise à prier pour qu’il trouve les clés linguistiques qui lui faisaient défaut. Le résultat a été surprenant ! Le travail a avancé beaucoup plus vite que prévu. Il s’est évité des déplacements à l’intérieur du pays car il a rencontré sur place les personnes bilingues. N’étant plus sous pression, il a enfin pu écouter son épouse. En s’ouvrant l’un à l’autre, ils ont réalisé que les enfants avaient mal supporté cette crise. L’aîné avait fait l’école buissonnière et commencé à voler. L’harmonie rétablie, même si leur programme reste chargé, ils sont maintenant en mesure de redresser ensemble la situation. Comment cette crise a-t-elle vu le jour ? Tous deux avaient été blessés. Lui s’était senti incompris et jugé par son épouse et s’était alors fermé en se plongeant dans le travail. Elle, se sentant abandonnée, s’était désolidarisée de la profession de son mari. Le mur d’incompréhension a commencé à s’effondrer lorsque l’un des deux a pris à coeur les problèmes de l’autre 🤗.

L’aimer, c’est communiquer !

Pour évaluer sainement une situation conflictuelle, il faut s’efforcer de découvrir les motivations de son conjoint. Que se passe-t-il chez lui ? Comprendre ce qui le frustre va nous aider à mettre le doigt sur le nœud du problème. De son côté, lui aussi a besoin de découvrir nos réelles motivations ; ne prenons jamais pour acquis qu’il les connaît. Parfois, un médiateur mature et neutre peut faciliter le dialogue permettant d’amorcer des changements. Pierre, qui est au chômage, refuse obstinément d’aider Aline, son épouse, qui est épuisée. Depuis trop longtemps, elle cumule deux métiers à plein temps, celui de maman et celui de secrétaire de direction. De multiples raisons pourraient expliquer ce refus ; un modèle paternel qui lui a inculqué l’idée que participer aux tâches ménagères, c’est être un sous-homme. Autre argument possible : opposé au travail professionnel de son épouse, il ne lui a pas pardonné ce choix. Dans leur situation, le conseiller a vite saisi ; Pierre a honte d’être chômeur, et comble d’infortune, sa femme, qu’il est censé entretenir, ramène le salaire ! A ses yeux, Aline n’a plus besoin de lui. Il se sent rejeté, inutile et terriblement humilié. Lorsque ce couple s’ouvre, tous les non-dits font surface. Chacun comprend que ni l’un ni l’autre n’a eu le désir de rabaisser son conjoint. Même si les circonstances ont modifié le schéma classique, leur amour est intact. Le besoin de se soutenir mutuellement est plus crucial que jamais. Désormais ils se battront, non plus l’un contre l’autre, mais ensemble contre. C’est en cherchant la source du malaise qu’un réel dialogue peut s’instaurer ☺.

L’aimer, c’est oser défier les barrières culturelles !

Dans certaines contrées, l’épouse n’a pas le droit de partager la table de son mari ; elle doit manger à part avec les enfants. Il ne convient pas non plus qu’elle soit remerciée ou complimentée pour son travail qui n’est… qu’un dû ! Pourtant, selon la Bible, le mari fait l’éloge de sa femme : « Son mari se lève et lui donne des louanges » Proverbes 31 : 28. Dans une ethnie d’Afrique centrale, la coutume veut que, si la mère du mari rend visite à son fils et à sa belle-fille, ceux-ci l’accueillent aussi longtemps qu’elle le souhaite. On reconnaît cette belle hospitalité tout à l’honneur du continent africain. Mais la tradition exige aussi que, pendant ce séjour, le couple fasse chambre à part. Bien souvent les coutumes tribales pèsent de tout leur poids sur les couples chrétiens. Elles entrent en conflit avec l’enseignement de l’Ecriture (1 Corinthiens 7 : 5). Bien des mariages sont en difficulté parce que le mari n’a pas vraiment quitté les jupons de maman, se comportant comme un petit garçon. Dans d’autres régions, l’usage veut que l’homme ait un comportement macho s’il ne veut pas passer pour une mauviette. Il doit adopter une attitude dominatrice et distante envers sa femme. Ce dicton décrit la triste réalité : « Quand ils passent, regardez combien de mètres séparent l’homme de la femme et vous saurez depuis combien d’années ils sont mariés ». Je me souviens d’un jeune couple chrétien au Mali dont l’épouse était au sixième mois de grossesse. Son mari l’accompagnait au puits, puisait l’eau pour elle et la portait jusqu’à l’entrée du village. Là, il lui en remettait la charge afin que personne ne sache🤔.

Lors des veillées funéraires en Afrique, hommes et femmes sont généralement séparés. Les femmes se retrouvent sur des nattes pendant que les hommes s’installent sur des chaises ou des fauteuils comme l’exige la coutume. En voyant le coeur brisé de son mari par le décès de sa mère, une épouse chrétienne a quitté sa natte et, face à toute la famille, a transgressé la règle en allant s’asseoir à ses côtés pour le consoler. Ce geste lui a parlé plus fort que tous les mots, d’autant qu’il mesurait le cran que cela demandait. En écoutant son coeur, elle a apporté consolation et guérison 😍.

Lorsque l’on vit sans Christ, sous le joug de ces pratiques oppressantes, génération après génération, les choses ne sont pas simples. Bien souvent, les traditions sont issues de la religion ancestrale. S’en écarter, c’est attirer sur soi le rejet du village et des malédictions d’ordre occulte. Des désastres de tous ordres s’abattent sur les transgresseurs : maladies, morsures de serpents, accidents, fausses couches. C’est une terrible réalité, là où la sorcellerie et l’occultisme sont pratiqués par une large frange de la population. Des générations entières ont subi la dictature de ces ténèbres. Pour en être délivré, il faut publiquement prendre position pour Jésus ❤. Il nous donne le pouvoir de marcher sur les serpents et les scorpions et sur toute la puissance de l’ennemi, sans que rien ne puisse nous nuire (Luc 10 : 19). Aller à contre-courant de la tradition demande donc un solide enracinement dans une nouvelle culture, celle de Christ 💪💪.

Questions pour faire le point !

Quelles sont les aspirations profondes de mon mari ? Pour sa vie ? Pour sa famille ? Pour son travail ? Comment puis-je devenir son meilleur supporter ? Y a-t-il des obstacles qui l’empêchent de vivre pleinement une vie de famille normale ? Comment puis-je les combattre dans la prière ? Qu’est-ce que j’attends de lui comme aide et comme soutien ? Y a-t-il des choses qui l’ont blessé et l’empêchent de m’entendre ? Y a-t-il des choses qui m’ont blessée et m’empêchent de le comprendre ? Comment puis-je lui exprimer mes besoins pour qu’il les prenne au sérieux ? Y a-t-il des coutumes et des traditions qui entravent notre couple ⛔?

5. Développer l’amitié

Pour s’épanouir, l’amitié doit être cultivée. Comme un jardin a besoin d’être arrosé. Chaque conjoint a besoin de découvrir comment exprimer son attachement à l’autre. Découvrir ce qui touche le plus votre conjoint, son langage d’amour, est la clé pour développer une réelle amitié de couple. Comme épouse, on a mille moyens pour exprimer de l’amour. « L’amour ne demande jamais combien dois-je faire, mais plutôt combien puis-je faire ». L’héroïne des Proverbes comble le coeur de son mari. Comment s’y prend-elle ? « Elle lui fait du bien, et non du mal, tous les jours de sa vie ». C’est un score remarquable que je n’ai pas encore atteint 💏!

L’amitié au travers de nos actes

Certains maris se sentiront particulièrement aimés au travers d’actions pratiques : un repas soigné, un intérieur resplendissant… Les attentions auxquelles on s’attend le moins sont les plus parlantes ! Dans mon foyer, chacun nettoie ses chaussures ; lorsque je cire celles de mon mari, cela le touche. Il sait que ce n’est pas un dû, mais un cadeau ! Faites de temps en temps le petit plus qui va le surprendre. Y a-t-il dans votre foyer un domaine où vous pourriez concrétiser aujourd’hui votre amour ? Tout en sachant qu’avec des arrière-plans différents, nos attentes ne sont pas les mêmes. Après mon mariage, j’ai dû modifier mes standards de rangement. Ce qui, au début, m’apparaissait comme rangé était perçu par mon mari comme un joyeux désordre ! Mais, par amour, j’ai changé… Comme la dame des proverbes, vous pouvez aussi innover. Comment allez-vous vous y prendre ? L’accueillir chaleureusement, tout en respectant son besoin de s’isoler ou… de parler ? L’aider à retrouver ses affaires… sans lui faire de reproches ? L’Ecriture déclare : « L’amour couvre une multitude de péchés. » (Proverbes 17 : 9) Il en évite également beaucoup 💓.

L’amitié au travers de nos paroles

Certains maris sont plus sensibles à une appréciation verbale qu’à un amour exprimé par le service. Un simple merci peut faire sauter bien des blocages. Dans le couple de Paul et Sara, Paul a l’impression de faire de son mieux pour combler tous les besoins de sa famille. Il travaille dur, mais il est peiné car sa femme, qui vient d’accoucher, ne lui manifeste plus aucune reconnaissance. Il se sent délaissé par une épouse, qui s’est naturellement mais si soudainement muée en mère. Il faut reconnaître que la venue des enfants avec son cortège de fatigues et d’obligations détrône souvent le mari de sa place privilégiée. Sans même s’en rendre compte, Sara se montre désagréable. Bientôt elle perçoit le désarroi de Paul. A plusieurs reprises, elle prend la peine de lui dire combien elle apprécie son engagement de mari et de père. Ces encouragements le touchent profondément : cela correspond au langage que son coeur soupire d’entendre. Cette gratitude est comme un apport de vitamines. Elle l’aide à faire face à cette nouvelle saison des enfants en bas âge, pas si facile à gérer ! Du coup, il perçoit les soucis de son épouse et prend à coeur de la soulager dans ses nouvelles tâches 👷👫.

L’amitié au travers du contact physique

Ce serait une erreur de croire que l’affection, au niveau physique, ne s’exprime que lors des relations sexuelles. Oui, bien sûr, elle les englobe, mais elle inclut aussi tous les petits gestes du quotidien. Une main posée sur l’épaule, une tendre pression de la main sont des signes expressifs. Essayez, et regardez comment il réagit ! Certains sont allergiques à ce style de manifestations, d’autres en sont comme affamés. Soyez-y sensible et, surtout, ne faites pas l’inverse ! L’acte conjugal est un domaine aussi complexe que merveilleux. Beaucoup de femmes s’interrogent pour s’épanouir à ce niveau. La plupart du temps, nous ne trouvons que peu de réponses dans notre éducation. Pour ma part j’ai reçu, juste avant mon mariage, quelques précieux conseils d’une responsable dont j’ai toujours apprécié l’équilibre. Elle m’a encouragée à me rendre disponible aux désirs de mon mari (même si cela n’arrive pas au moment qui me convient le mieux !), à ne pas hésiter à me parfumer ou à revêtir ce qui me rend séduisante à ses yeux dans l’intimité. « Fais ta joie de la femme de ta jeunesse, biche des amours, gazelle pleine de grâce. Que ses charmes t’enivrent toujours !» Proverbes 5 : 18-19. Dans ce texte, les relations sexuelles sont empreintes de beauté et de pureté, mais aussi de joie et d’ivresse…

L’épanouissement nécessite le dialogue. Si, dans votre couple, il est quasi inexistant, pourquoi ne pas innover en demandant à votre époux ce qui lui plairait, ce qu’il aimerait que vous changiez ou que vous amélioriez ? Une jeune femme a mis en pratique ce conseil. Elle a fait preuve de courage : dans son milieu, c’étaient « des choses dont on ne parlait pas ». Elle m’a confié la réponse étonnante de son mari : « Depuis le temps que je te demande ce que tu aimes et ce qui te déplaît, voilà enfin que tu t’intéresses à ce que j’apprécierais !». Les déceptions viennent parfois de causes toutes simples : une mauvaise haleine, le stress de fin de journée, l’impression fausse ou réelle d’être manipulée… S’en ouvrir désamorce bien des tensions. Si l’un est un couche-tard impénitent et l’autre un gai pinson du matin, cela crée un sérieux décalage ; mais il est toujours possible de trouver des solutions, surtout si on les cherche ensemble.

Découvrir comment l’autre fonctionne nous permet de le rejoindre. L’homme et la femme ne réagissent pas de la même façon. Pour l’être masculin, les deux sphères, entente morale et physique peuvent être dissociées. Il peut s’être disputé avec son épouse dans la journée et se montrer entreprenant lorsqu’il la voit se dévêtir dans la chambre. L’épouse, par contre, se ferme aux attentes de son mari si la relation est mal en point… Le désir sexuel de l’homme est suscité par la vue. Chez la femme, le désir naît de la relation affective. Avec un brin d’humour, un enseignant traduisait cela en disant que les hommes ont de grands yeux et les femmes de grandes oreilles ! Et il encourageait les unes à être aussi jolies que possible et les autres à trouver les mots qui touchent le coeur de leurs bien-aimées.

L’amitié au travers d’une activité partagée.

Certains maris se sentiront vraiment aimés si leur compagne partage régulièrement une activité avec eux. Accorder du temps à l’autre est un don de soi ; c’est donner un peu de sa vie. C’est cela l’amour. Dans certains cas, c’est la seule façon de démontrer la profondeur de notre affection. C’est un investissement que nous nous ne regretterons jamais. La solitude peut régner lorsqu’un seul des conjoints est passionné par son hobby. Si notre mari s’adonne à la photo ou à la pêche, l’amour vrai nous permettra de nous intéresser à son activité. Nous ne deviendrons certainement pas photographes ou spécialistes de pêche sportive, mais quelques heures par mois passées à ses côtés feront une immense différence.

Si votre emploi du temps est trop chargé, joignez l’utile à l’agréable. Pourquoi ne pas vous évader avec lui pour une mini balade ? Votre mari aime-t-il polir la voiture ? Rejoignez-le quelques instants ; votre aide sera appréciée et votre compagnie lui fera plaisir. Innovez en l’invitant à prendre un café à l’extérieur. Là, ni le téléphone (débranchez le portable) ni les enfants ni le sacro-saint journal télévisé ne pourront interrompre le dialogue. Posez-lui des questions sur ses centres d’intérêt, son travail, ses collègues, ses projets, ses rêves, et écoutez-le sans laisser errer vos pensées. C’est tout un apprentissage ! S’il s’ouvre, ne l’interrompez pas. Le temps viendra de parler, mais, en ce moment, c’est votre intérêt et votre écoute qui comptent. Votre regard attentif, vos questions qui l’aident à préciser sa pensée, le ton de votre voix lui montreront si vous l’écoutez vraiment.

La suite bientôt 💪💪😉

OLIDI

Crédit photos: istock

(Visited 47 times, 1 visits today)