La troisième partie du résumé du livre du mois, explique comment il est important d’user de la sobriété pour rester l’amie de votre conjoint quand il ne va pas bien. ☺

Les hommes, d’une façon générale, n’aiment pas s’exprimer sur les problèmes qu’ils n’ont pas encore maîtrisés. Il leur faut le temps de se concentrer. Ils ont besoin de tranquillité pour chercher des solutions. Une interférence trop précoce est souvent ressentie comme un manque de confiance. Cela peut être blessant et soulever de l’hostilité. Même entre eux, les hommes ne se permettent pas de s’adresser des conseils trop directs sans y avoir été conviés. Une telle ingérence peut être interprétée ainsi : « Tu me sembles tellement nul que je me permets de te donner la solution. ». Entre femmes, au contraire, en cas de difficultés, il est de bon ton de se donner des conseils et de se faire des suggestions. C’est une façon de s’entraider, une preuve d’intérêt, de compassion. Comment se fait-il que les réactions soient si différentes entre hommes et femmes ? Parce que les besoins sont différents ! Le plus souvent, l’homme met son honneur dans ce qu’il fait, sa réussite professionnelle et sociale, il a besoin d’être reconnu. La femme, elle, met sa joie dans les relations : elle a besoin d’être aimée. Il peut bien sûr y avoir des exceptions. Lorsque le mari n’est pas prêt à parler de ses problèmes, cela peut être très frustrant pour l’épouse qui, intuitivement, sent que cela ne va pas 💔.

Garder l’amitié quand je suis chargée

Lorsque notre mari rentre à la maison, il est parfois bien fatigué, voire affamé, harassé par les pressions extérieures ; il se réjouit d’enfin retrouver l’oasis de son chez-lui ! Surtout, ne lui offrons pas en guise de bienvenue la liste de tout ce qui a mal tourné : téléphones pénibles, dernières bêtises des enfants, chasse d’eau qui fuit ou que sais-je encore ?… Si de plus, le ton de notre voix trahit notre frustration, c’est comme de l’huile jetée sur le feu ! Dans le domaine de la communication, il y a des sujets qu’il sera sage de ne pas aborder tout de suite. Accueillons-le comme un hôte de marque ! Avant qu’il n’exprime ses besoins, prévenons-les. Vous voulez être traitée en reine ? Traitez-le en roi ! Quand il aura eu le temps de reprendre son souffle et de se restaurer, il sera en état de réellement vous écouter👂👂.

Un couple qui parle plusieurs langues !

Connaissez-vous votre langage d’amour, ce qui touche le plus votre coeur? Demandez-vous ce qui vous frustre le plus… et ce qui vous comble le plus! Vous ne tarderez pas à savoir ce qui correspond à votre langage. Mais comment découvrir le langage de votre mari ? Comment exprime-t-il son affection ? Il y a fort à parier que le langage avec lequel il extériorise son affection correspond à sa propre sensibilité. Exprime-t-il sa tendresse en se pliant en quatre pour vous donner un coup de main ? Vous couvre-t-il de petits mots doux ? Le sommet de sa joie est-il de vous faire participer à un moment de détente ? Ou est-il l’un de ces tendres Roméo si sensible au contact physique ? Vous allez vous apercevoir que vous ne parlez pas forcément la même langue ! Par amour, soyez prête à apprendre une langue étrangère et à enseigner à votre tendre moitié une autre langue ! L’amour est patient. Il vous faudra sans doute commencer par parler le langage de votre conjoint, avant qu’il ne vous rejoigne dans le vôtre ! Alors que vous faites ces premiers pas, n’hésitez pas à manifester votre joie avec éclat (il a besoin de saisir) pour le moindre signe de progrès de sa part. « Que votre amour puisse abonder de plus en plus en connaissance et en vraie sensibilité. » (Philippiens 1 : 9) 💖.

6. Quatre sortes de foyers

La première maison : la maison où tout va mal !

Dans ce foyer, même si le mariage a été célébré à l’église, aucun des conjoints n’a la foi. Tous deux ont des horaires si chargés qu’ils n’ont plus le temps de se voir. La flamme du premier amour s’éteint rapidement. Bientôt on ne se parle plus, on ne se comprend plus. L’épouse, Claire, se sent délaissée. Marc, son mari, investit son temps ailleurs car dans son foyer, il se sent de plus en plus contesté. Les malentendus se multiplient, les soupçons réciproques minent la relation. Au moindre retard, on imagine le pire. On ne croit plus à la parole de l’autre. Au début du mariage, Claire a vécu plusieurs fausses couches qui l’ont profondément affectée. Puis deux garçons sont enfin nés. Marc n’a pas non plus été épargné. Les accidents semblent le poursuivre, que ce soit en voiture, à la maison ou au travail. Les rentrées de salaire sont apparemment suffisantes, mais l’argent semble s’évaporer on ne sait où, et les reproches mutuels à ce sujet n’arrangent rien. Des emprunts auprès des belles-familles donnent l’occasion à celles-ci de s’ingérer dans le conflit. La confiance et l’amour ont disparu. Marc rentre de plus en plus tard et affiche ouvertement ses nouvelles « conquêtes ». A la maison, il accuse, insulte et va parfois jusqu’à frapper Claire. A charge de revanche, elle se met aussi à sortir avec d’autres hommes, ce qui entraîne d’épouvantables disputes. Marc dépense à présent l’argent du ménage pour entretenir ses maîtresses 💅👠🛍.

A l’amertume des infidélités s’ajoute l’angoisse des fins de mois. Les enfants sont livrés à eux-mêmes. Problèmes scolaires, insolences et vols font irruption chez l’aîné. Pour s’acheter de la drogue, il vole sa mère, lui ment effrontément et va jusqu’à la menacer. Le cadet réagit par la déprime et se mure dans le silence. Il ne comprend pas pourquoi son père déserte le foyer. Il vit la situation comme si tout était de sa faute et adopte un comportement de « perdant ». Il accumule les échecs au grand désespoir de sa mère qui tente vainement de l’encourager. Claire recourt maintenant à toutes sortes de pratiques douteuses dans l’espoir d’une solution. Le médium qu’elle consulte la ruine. Elle ne se rend pas compte que les invocations adressées à des puissances maléfiques ont des conséquences néfastes sur toute la famille. La situation se dégrade encore. Ne trouvant plus le sommeil, elle est sous calmants. Son mari finit par quitter le foyer…😓

La deuxième maison : la maison divisée

Hélène, jeune épouse, a compris que Dieu l’aime et répond à ses prières. En fréquentant un groupe Hélène, jeune épouse, a compris que Dieu l’aime et répond à ses prières. Elle se convertit sans hésitation ; pour la première fois de sa vie, elle expérimente une paix profonde. Luc, son mari, ne suit pas. A la surprise d’Hélène, la situation devient tendue, les problèmes se multiplient avec une étrange intensité. Tôt le matin, alors que tout est calme, au moment précis où elle ouvre sa Bible ou cherche à prier, le bébé se met à pleurer. Veut-elle se rendre à l’église ? Son mari, qui lui laissait toute liberté, se montre soudain opposé. Les disputes et parfois les insultes la déstabilisent : pourquoi réagit-il ainsi ? Les moqueries de son cercle d’amis la désorientent. Ils l’accusent d’être fanatique ! Sa propre famille s’emploie à la ramener sur « le droit chemin ». Pour couronner le tout, son mari se met à sortir tous les samedis soir. Elle se sent très seule. Il semble que personne ne la comprenne. Où sont passées cette joie et cette paix qu’elle avait ressenties au tout début de sa conversion ? Profondément frustrée, elle est prête à tout envoyer promener : église, mari, famille ! La situation lui paraît sans issue. Cependant, à cause des enfants, elle tient bon et essaie de s’accrocher au Seigneur envers et contre tout. Le plus douloureux, c’est d’être séparée de sa famille spirituelle, car son mari ne l’autorise plus à aller aux réunions. Comme la plupart des jeunes convertis, Hélène a multiplié les réunions chrétiennes sans s’apercevoir des bouleversements familiaux et conjugaux que ses absences répétées ont entraînés. Pour son mari, l’église est devenue une menace ; elle lui vole son épouse. Il a réagi en interdisant à sa femme toutes réunions chrétiennes. De plus, il est irrité par les leçons moralisantes que son épouse ne cesse de lui prodiguer. Cette attitude de reproche permanent l’a tellement exaspéré qu’il s’est mis à sortir et à boire plus que de raison pour bien montrer qu’il était libre ! Elle supplie le Seigneur de la sortir de ce cauchemar. Mais cela semble impossible car, dans le couple, le dialogue a cessé. Comment sortir de l’impasse ? Elle se sent coupable, incapable de pardonner. L’amitié peut-elle refaire surface dans pareille situation ? 🤔

La troisième maison : la maison morose

Gabrielle est très dynamique et engagée dans la foi. André, son mari, ancien dans l’église, est apprécié pour sa pondération. Pourtant, leur relation de couple est chancelante. Gabrielle en souffre. Son mari, en préretraite, vit au foyer, mais ne participe à aucune tâche ménagère. Elle lui reproche surtout de ne pas avoir de dialogue avec elle, d’autant plus qu’il semble déverser toute son affection sur le chien ! Harassée de fatigue, elle assume le ménage, un travail à l’extérieur et de multiples engagements dans la paroisse. Elle voudrait tellement que son mari l’aide un peu plus, ne serait-ce qu’en débarrassant la table. De son côté, André a l’impression que Gabrielle n’a que des exigences et des récriminations à son égard, et qu’elle n’écoute jamais quand il lui demande le moindre service. Etant tous deux des chrétiens engagés, ils n’envisagent pas la séparation, mais leur amitié est en triste état et leur culte de famille a cessé d’exister depuis bien longtemps 😪.

La quatrième maison: la maison bâtie sur le roc

Jean et Christine connaissent l’amour de Dieu. Leur amitié s’est approfondie au fil des années, car ils ont accepté ce qui fait la force et la faiblesse de chacun. Les petits travers de l’autre ne sont plus des sujets de disputes, ils admettent leurs différences. Ils ont renoncé à s’éduquer mutuellement à coups de reproche. La diversité de leurs éducations, parfois blessantes au début du mariage est maintenant perçue comme une richesse. Bien sûr, tout n’est pas parfait ; il y a toujours des défis à relever : un changement de programme mal communiqué, une négligence, un désaccord sur la discipline envers les enfants. Mais chaque jour, ils prient ensemble, ouvrant la Bible pour mieux la vivre. Leur dialogue résout les éventuelles frustrations de la journée. Cela leur permet d’affermir leur amour et si nécessaire de se réconcilier, et de remettre les compteurs à zéro. Cette marche dans la lumière décuple l’efficacité de leurs prières. Au début, ils priaient côte à côte ; maintenant, ils s’accordent, ils prient d’un même cœur : « Si deux d’entre vous s’accordent sur la terre pour demander quoi que ce soit, cela leur sera donné par mon Père qui est dans les cieux. » (Mathieu 18 : 19). Cette unité leur donne l’autorité qui fait fuir les démons. Leur foyer très ouvert donne envie de partager leur foi. On sait qu’on peut compter sur eux. Leurs enfants sont un réel témoignage ; ils reflètent une vie de famille équilibrée. Plusieurs de leurs amis sont venus à Christ. 💃💃

Reconquérir le terrain perdu

Sur un plan humain, la description des trois premières « maisons » se termine par un constat d’échec. Pourtant, chacune des situations pourrait connaître une tout autre issue. La soif d’être aimé et d’aimer reste profondément ancrée au coeur de chaque couple. Même si la fougue du premier amour s’est perdue, chacun souhaiterait retrouver cet élan qui les avait poussés l’un vers l’autre 💏.

A toutes celles qui cherchent une solution, j’ose le dire (non pas en mon nom, mais au nom du Seigneur) : elle existe ! On peut réapprendre à aimer et à être aimée. Si aujourd’hui votre couple s’en va à la dérive, ou même fait naufrage, reprenez courage ! Il est encore temps de reconquérir le terrain perdu. Quelle que soit la « maison » dans laquelle vous vous situez, il est possible de la transformer 🙏🙏.

7. Soigner l’arbre familial : Sortir de «la maison où tout va mal !»

Dans ce premier type de foyer, les époux ont pris toutes sortes d’options sauf… celles qui viennent de Dieu. Dans ce monde meurtri où les humains se mentent et se déchirent, le Diviseur (Satan) règne en maître. Infidélités et mensonges conduisent à la rupture. Dettes et dénuement en sont la triste conséquence. Pour voir une résurrection, il faut donner à Dieu les morceaux brisés de nos existences. Jésus est venu nous arracher des mains de celui qui saccage nos vies. Pour nous sauver, il a vécu l’enfer de la crucifixion. Un amour aussi total exige une réponse radicale. C’est un choix qui changera votre vie et celle de vos enfants. Dieu vous libérera du poids du passé. Si vous n’avez pas encore pris cette résolution, vous pouvez le faire maintenant. Dites-le simplement avec vos propres mots « Père, je te donne ma vie brisée, prends-la, transforme-la, sois-en le maître ! Pardonne ma conduite passée, change mon coeur ». Pour sauver un mariage brisé, le premier pas consiste à revenir à Dieu. Bien sûr, la reconstruction d’un couple ne se fait pas d’un coup de baguette magique, mais c’est le point de départ d’une vraie convalescence. C’est un chemin où vous ne serez plus seule. Dieu peut guérir vos blessures et vous donner des clés pour reprendre le terrain que l’ennemi a volé. Nombre de couples ont été restaurés en changeant de maître 🙏🙏.

OLIDI

Crédits photos : istock

(Visited 58 times, 1 visits today)