Cette dernière partie du résumé présente le chapitre 3 sur les fondations d’un foyer heureux.

CHAPITRE 3 : POSER LES BASES D’UN FOYER HEUREUX

La connaissance de l’autre

Le risque de conflit est très grand dès que deux personnes qui ne se connaissent pas vivent ensemble. Pour pallier cette situation, il faut veiller à connaitre au mieux l’autre. A cet effet, la transparence doit être de mise. Nous devons connaitre la personne avec qui nous voulons nous engager jusqu’à une certaine mesure, prendre le temps de l’observer, de la fréquenter, de passer du temps sainement avec elle. A un moment donné, nous devons nous poser la question de savoir si malgré les réactions, que nous constatons chez l’autre, nous pourrons nous entendre. Les futurs mariés doivent savoir à ce stade ce qu’ils acceptent et refusent chez l’autre. Certaines personnes refusent de remettre en question, ils rejettent tout le temps la faute sur l’autre. Selon eux, ils sont parfaits et c’est l’autre qui a toujours tort. Il est difficile de parvenir à un succès sans une remise en cause personnelle. Nous devons aussi comprendre que nul ne peut être un ange. Il n’y a personne sans défauts. Il faut donc à un moment donné se décider pour s’engager dans le mariage. Quand nous connaissons les traits de caractère de l’autre, cela nous permet de prier pour lui.

Les valeurs communes

Les valeurs que nous partageons ont une grande importance. C’est en regardant dans la même direction qu’on peut définir les mêmes objectifs et se tenir la main pour avancer malgré les péripéties. Nous devons nous rassurer que la personne avec qui nous nous engageons partage les mêmes valeurs spirituelles et morales que nous. Car, les divergences spirituelles et morales peuvent constituer un frein à cet épanouissement. Le mariage étant une institution divine, l’aspect spirituel est le plus important à considérer. Il faut donc veiller en tant qu’enfant de Dieu à choisir un conjoint ayant la crainte de Dieu et marchant selon la Parole, une personne ayant un cœur de compassion et ayant l’envie de servir Dieu.

Avoir une vision pour son mariage

La vision c’est la manière de concevoir une chose. Notre vision du mariage est notre manière de le voir, de l’appréhender dans le futur. Avoir une vision spirituelle, sociale, matérielle dans le couple est nécessaire avant d’y entrer. Tous les domaines doivent être passés au peigne fin.

Connaitre les besoins essentiels de l’un et de l’autre.

Dieu a créé l’homme et la femme différemment. Les modes de communication varient selon le sexe. Les hommes ont généralement une communication non verbale c’est-à-dire qu’ils parlent peu. Par contre, les femmes ont une communication verbale. Elles parlent un peu plus, veulent tout expliquer, voire donner des détails. Et l’erreur que nous commettons le plus souvent, c’est de nous attendre toujours à ce que l’autre réagisse exactement de la même façon que nous devant les situations.

Définir les attentes!

A quoi t’attends tu en voulant te marier ? chacun doit s’exprimer et parler ouvertement de ses attentes. Les femmes recherchent généralement l’amour, la compréhension, l’attention et la protection de la part de leurs maris. Elles ont besoin d’être rassurées et de se sentir en sécurité auprès de leur époux. Les hommes quant à eux, attendent de leurs épouses qu’elles soient sensibles, soumises, douces, aimables. Tout mari a besoin de savoir que sa femme l’aime et qu’elle le respecte. Chacun doit penser à la meilleure façon de rendre l’autre heureux. C’est pourquoi, chaque futur conjoint doit chercher à découvrir quels sont les actes d’amour qui tiennent au cœur de l’autre (moments de qualité, cadeaux, paroles valorisantes et encourageantes, services rendus, gestes d’affections etc). Les deux futurs conjoints doivent se donner le temps de cheminer et d’échanger autour des aspects émotionnels. Si l’un décèle chez l’autre des problèmes émotionnels, il doit s’engager à prier constamment pour sa délivrance. Par ailleurs, le jeune homme ou la jeune fille doit s’assurer qu’il/elle accepte le physique de l’autre avant de lui dire oui pour le mariage. Un autre aspect est de savoir si les deux fiancés sont naturellement des amis.

Les enfants et leur éducation

Cette question doit être abordée bien avant le mariage, et non après. Combien d’enfants désirez-vous ? a quel moment précis souhaitez-vous avoir votre premier enfant ? quelle sera votre attitude si les enfants tardent à venir pendant plusieurs années ? que faudra-t-il faire ? quelle éducation souhaiteriez-vous donner aux enfants ? Il est parfois facile de dire certaines choses que de les respecter.

La gestion financière du futur foyer

Quels sont projets ou objectifs financiers ? vous devez promouvoir une gestion saine de vos finances et planifier autant que possible vos dépenses. Votre mode de vie antérieur doit changer ou s’ajuster à celui d’une vie de couple. Si vous êtes dépensier, vous devez savoir qu’une fois dans le couple, il faudra faire des réajustements, des sacrifices pour le bien-être familial. Comment envisagez-vous la répartition des charges dans le foyer ? vous devez éviter d’imiter le train de vie des autres.

Préserver la chasteté avant le mariage

Avant le mariage, nous ne devons pas nous adonner à des relations intimes car elles ont été prévues par Dieu dans le cadre strict du mariage. Les relations sexuelles en dehors du mariage sont un péché relevant de l’impudicité et de l’impureté. 1 Corinthiens 6 ; 18 nous exhorte à Fuir l’impudicité. Car celui qui le commet pèche contre son propre corps. Si l’homme et la femme se conservent purs dans l’obéissance à la Parole du Seigneur, IL les honorera en retour. Cela plaît à Dieu. C’est pourquoi avant le mariage les jeunes doivent éviter de s’exposer à toute situation susceptible d’éveiller leur désir sexuel.

Entretenir de bonnes relations avec les futures belles-familles.

Chaque fiancé(e) doit savoir adopter une bonne attitude pour se faire apprécier par sa future belle-famille. Chacun doit se demander quelle est l’attitude l’autre vis-à-vis de sa famille. Il doit aussi observer comment l’autre se comporte envers ses propres parents. Une personne qui ne respecte pas ses propres parents ne respectera pas ses beaux-parents.

Les mauvaises relations avec les belles-familles empêchent de nombreux couples de vivre heureux. La future belle-famille ne doit pas être perçue par l’un des futurs conjoints comme l’ennemi numéro 1 du futur foyer.

En conclusion, l’auteur explique que vouloir s’engager dans les liens sacrés du mariage est une bonne initiative de la part d’un jeune. Toutefois, une attention particulière doit être accordée à la préparation pour garantir le succès du futur foyer. Puissions-nous, nous y mettre pendant qu’il est encore temps 🙏🙏 !!!

A bientôt pour découvrir le contenu du livre du mois de Juin 😉😉 !!

OLIDI

Crédit photos : istock

(Visited 15 times, 1 visits today)