Pour le résumé de lecture du mois de Juillet, nous découvrons ensemble le secret d’un mariage réussi. En effet, Darien Cooper l’auteur du livre : Etre l’épouse d’un homme heureux, partage avec les femmes les vérités qui ont transformé sa vie et son mariage. Cette dernière, explique n’avoir qu’un seul regret : c’est de ne pas avoir connu ces principes plus tôt. Par conséquent, elle exhorte les jeunes femmes célibataires et mariées, à considérer les conseils donnés afin de vivre un mariage heureux et épanoui. En tant qu’épouse expérimentée, elle appelle les femmes mariées qui connaissent des difficultés dans leurs ménages, à bien considérer ce fait : « les changements sont lents », il faut être patientes et laissez Dieu le soin de transformer votre mari ! Aussi, elle les invite à travailler personnellement sur les attitudes et habitudes de leurs vies qui exigeraient un changement.

Il est malheureux de constater que bons nombres de femmes, ne se rendent pas comptent que le fait d’être une épouse est un merveilleux privilège! Darien explique s’être rendu compte après avoir étudier sérieusement la Bible, que Dieu a des solutions aux problèmes de la vie et Il donne aux femmes, des directives précises sur la manière de réussir leur mariage. Elle avoue avoir compris qu’au lieu d’aider son mari, elle l’oppressait et détruisait sa masculinité par son comportement, ses attitudes et ses paroles. Elle est certaine que les femmes ont besoin d’une solution permanente à leurs problèmes… Lisez la suite.

Chapitre Premier : la perfection du plan divin.

Un grand nombre de femmes ne sont pas heureuses dans leur union matrimoniale et de plus en plus de mariage se terminent par le divorce. En réalité, un tel brisement de cœur n’est pas nécessaire. Sachez femmes, que Dieu ne vous a pas créée pour mener sur cette terre une vie de découragement, de défaites, de frustrations…. Il a voulu dès la création, que vous soyez plus heureuse que vous ne pourriez jamais rêver. En effet, dans Jean 10 :10, Jésus dit ceci « Moi, je suis venu afin que les brebis aient la vie, et qu’elles soient dans l’abondance ». Vous pouvez donc mener cette vie quels que soient votre passé, votre éducation, votre nationalité et en dépit des circonstances présentes. Il n’y a pas de problème trop important ou insignifiant que Jésus ne soit disposé à résoudre. Il ne vous demande que deux choses : la bonne volonté et l’obéissance à son plan (Esaïe 1 :19).

Un plan à notre mesure

Dieu vous a tant aimé qu’Il a prévu un plan en fonction de votre personnalité afin que vous puissiez expérimenter croissance, développement et plénitude (Psaumes 139 : 13-18). Il prend tant soin de vous, Il pense constamment à vous et veille à tout ce qui vous concerne. Si vous placez votre confiance en Lui, Il peut prendre en main tout ce que vous désirez changer dans votre vie, le façonner et le transformer pour votre plus grand bien. Romains 8 : 28 nous dit que « Toutes choses concourent au bien de ceux qui l’aiment ». Vous n’avez pas à vous demander pourquoi vous êtes ce que vous êtes, ni pourquoi votre mari est ce qu’il est. Vous devez seulement découvrir et accepter le plan de Dieu pour votre vie afin qu’Il puisse accomplir toutes choses à votre avantage.

Le mariage est une relation épanouissante.

Le mariage a été prévu par Dieu pour vous donner le plus grand bonheur possible. La femme doit être soumise à l’homme pour connaitre ce bonheur. La soumission ne vous emprisonne pas. Elle vous libère et épanouit votre créativité sous la protection d’une autorité prévue par Dieu. Elle n’implique nullement pour vous la perte de votre personnalité, de vos capacités, de vos talents ou de votre individualité. Une femme sensée sait qu’elle ne doit pas prendre son rôle à la légère. Elle doit, au contraire, travailler à construire une relation durable et épanouissante dans son foyer. La femme sage bâtit sa maison, et la femme insensée la renverse de ses propres mains, nous dit Proverbes 14 :1. Une femme peut se comporter d’une manière stupide et détruire son mariage sans se rendre compte qu’elle ne cesse de violer les principes qui sont à la base de la réussite conjugale. Une femme sensée reconnait la valeur des principes divins en vue d’une relation conjugale solide et elle les met en pratique. Elle comprend que la réussite d’un mariage dépend d’une bonne organisation, et de l’application des bons principes, au moment voulu et de la manière indiquée par Dieu. Dès lors, on comprend que la réussite d’un mariage n’est pas fortuite. Elle se construit délibérément. La femme avisée édifiera son mariage sur des bases solides décrites dans Proverbes 31 : 12.

Vos relations avec votre créateur et maître.

L’homme avait besoin d’une femme et Dieu créa celle-ci en lui attribuant un rôle (1 Corinthiens 8-9). Ainsi, la femme trouvera le bonheur en s’efforçant de combler les besoins de son mari ; c’est l’un des merveilleux aspects du plan divin. Elle peut aussi avoir une influence extraordinaire sur son mari grâce à son aptitude particulière à combler ses besoins. L’influence d’une femme est considérable quand l’on regarde le récit biblique de la chute de l’homme dans le jardin d’Eden. Si les femmes ne laissent pas au Seigneur le soin de les guider, elles influenceront leur mari dans le mauvais sens. Tel l’exemple dans Genèse 16 de Sarah, qui abandonna son rôle qui consistait obéir à son mari, pour l’influencer dans une voie qu’elle allait regretter plus tard. La femme possède un rôle merveilleux mais également une grande responsabilité.

Un vide à combler dans le cœur de la femme

Avant la chute (Voir Genèse 3), la femme était un être complet sur le plan physique, spirituel et mental. Chaque jour, elle bénéficiait de la compagnie du Seigneur et de celle de son mari. Quand elle eut désobéi à Dieu et mangé du fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, elle mourut comme Dieu le lui avait prédit. Il ne s’agit pas d’une mort physique mais, à l’instant, elle mourut sur le plan spirituel. La partie humaine de son esprit qui lui permettait de comprendre les vérités divines et de bénéficier de la communion avec Lui, mourut à ce moment-là. Au même instant, il y eut un vide dans son existence, vide qui ne pouvait être comblé que par la restauration d’une relation personnelle avec Dieu Lui-même.

De cette même manière, il y a, dans le cœur de tout être humain, un vide qui ne peut être comblé que par Dieu seul, le Créateur, révélé par Jésus-Christ. La vieille nature pécheresse a été transmise à chacun d’entre nous par Adam. Cette nature est égoïste et exigeante. L’obstacle du péché entre vous et Dieu doit être enlevé avant que Celui-ci puisse manifester son amour, car sa Sainteté ne peut entrer en contact avec le péché. Jésus-Christ est mort volontairement justement sur la croix en rançon de notre péché, Il a obtenu pour nous, le salut (2Corinthiens 5 :21).

Il est important que vous sachiez que Dieu a effacé votre péché quelle que soit sa gravité à vos yeux. Vous avez le choix entre l’acceptation de l’œuvre de Jésus-Christ sur la croix avec son refus (Jean 3 :18). Lorsque vous acceptez l’œuvre accomplie sur la croix pour vous, personnellement, vous devenez enfant de Dieu. A l’instant même, dans le silence de votre cœur, vous pouvez dire à votre Père Céleste que vous acceptez le don parfait du salut en recevant son Fils comme Sauveur personnel. Vous pouvez savoir que vous êtes son enfant en vous fondant sur Sa Parole, et non sur ce que vous faites ou ressentez.

Chapitre deux : Acceptez votre mari tel qu’il est.

Le mariage, un don merveilleux ou un paquet-surprise

Si vous faites confiance en Dieu, Il peut se servir des défauts de votre mari qui vous déplaisent le plus, pour vous modeler à l’image de Christ. Il veut que, toute votre vie, vous trouviez de la joie dans le mari que vous avez promis d’honorer et de chérir.

Les implications de l’acceptation

Si vous avez remarqué la manière dont Jésus vous accepte, vous apprendrez à accepter les autres, y compris votre mari, tels qu’ils sont. Dieu vous aime et vous accepte telle que vous êtes. Il ne vous soumet pas à un examen préalable. Dès lors, l’amour et l’acceptation sans condition devraient donc être la base de votre mariage. Il se peut que, parfois, vous ayez l’impression que c’est trop vous demander que d’accepter votre mari tel qu’il est. Mais, je vous l’assure, si vous vous mettez à l’accepter ainsi, vos relations mutuelles prendront une signification plus profonde car vous aurez l’un et l’autre la liberté dont vous avez besoin pour vous épanouir. Ainsi, votre mari vous aimera librement comme il le faisait quand il vous a choisi pour devenir sa femme. A moins que vous n’étouffiez son amour par votre caractère possessif.

Un homme a besoin d’amour inconditionnel, de liberté et de latitude pour pouvoir vous aimer et vous chérir comme Dieu le lui demande. Si vous aimez votre mari inconditionnellement, c’est-à-dire sans exigences ni ultimatums, vous le verrez s’approcher de vous comme un morceau d’acier d’un aimant. Le véritable amour est magnifiquement décrit dans I Corinthiens 13 : 4 -7.

Faites part à Dieu de vos souhaits

Votre mécontentement et votre incapacité d’accepter votre mari viennent de la démesure de vos aspirations à son sujet et du fait qu’il ne parvient pas à combler vos désirs. S’il n’est pas à la hauteur de vos opinions, vous pouvez vous sentir ulcérée, irritée ou déçue. Vous ne découvrirez la satisfaction et la liberté dans vos relations réciproques qu’en cessant d’établir des normes et d’attendre de sa part un comportement qui lui est étranger.

Changer votre mari

Il peut paraitre parfaitement légitime que vous vouliez changer certaines attitudes de votre mari, mais voici ce que vos efforts peuvent signifier pour lui : « Je ne t’aime pas tel que tu es. Je voudrais que tu sois différent ». Tout homme désire que sa femme soit fière de lui et non point honteuse. Sinon, il se décourage. Si vous êtes constamment en discussion avec votre mari, sa vie ne peut être épanouie et comblée. Vos intentions peuvent être sincères, mais elles peuvent aboutir à un désastre. Dieu ne vous a pas confié la charge de convaincre votre mari de péché ou d’erreur. Cela, c’est l’œuvre du Saint Esprit (Jean 16 :8-11). Si vous vous mettez à cette tâche, vous prenez la place de Dieu et retardez son travail. De même, vous n’avez pas à vous prendre pour la mère de votre mari, le corrigeant ou prétendant faire son éducation. Les bonnes intentions ne suffisent pas pour construire un avenir ; il faut agir suivant les préceptes de la Parole de Dieu. Dans une telle atmosphère de refus de la personnalité de l’autre, les relations ne vont pas tarder à se détériorer. Aussi, ne critiquez pas votre mari quand il vous raconte ce qu’il a dit ou fait ; ne lui dites pas qu’il a eu tort et qu’il aurait dû agir autrement. Sinon il finira par garder ses pensées pour lui-même et cessera de se confier à vous.

La partie est disponible ! Cliquez sur suivant 😉😉.

OLIDI

Crédit photos : istock

(Visited 70 times, 1 visits today)