Dans cette dernière partie du résumé, l’auteur présente d’autres critères à considérer avant l’engagement à vie avec un partenaire.

Le manque de tempérance

La maitrise de soi est importante. La susceptibilité, l’emportement et la colère sont la preuve d’un manque de maîtrise de soi, préjudiciable à la vie de couple. Si dès le stade de l’amitié, il vous est impossible d’échanger sans qu’il/elle ne s’emporte cela présage d’un climat délétère dans votre foyer. Sans aller jusqu’à l’emportement, le manque de tempérance peut aussi se manifester par les murmures, les plaintes et les bouderies. Si votre ami(e) se vexe, boude dès que vous exprimez une opinion contraire à la sienne ou que votre réaction est différente de ce qu’il/elle attendait, il vous faut considérer cet aspect de son caractère avant tout engagement en vue du mariage.

La rancune

Dans la vie de façon générale et dans le couple en particulier, il arrive immanquablement que l’un ou l’autre se sente blessé par une situation donnée. Lorsque c’est la cas, l’important n’est pas tant la blessure, ni la cause, mais la manière de gérer la situation.

La violence

Le temps de la fréquentation ou des fiançailles est cens& être exaltant mais s’il est marqué par des coups, voire des blessures, soyez sûres, mes sœurs, que le pire vous attend dans le mariage. Les hommes doivent également réfléchir par deux fois avant de s’engager avec une fille manifestement querelleuse, car ce trait de caractère risque de rendre le foyer invivable. La violence peut être verbale, physique ou sexuelle (faire des remarques négatives au sujet de la sexualité de la personne du genre : tu n’es pas attirante sexuellement, ou au sujet de son corps : gros, maigre, laide) etc.

L’égoïsme

Lorsque vous rencontrez quelqu’un qui ramène tout à sa personne, à sa famille, à ses amis ; quelqu’un qui ne fait aucun cas de vous, vous devez vous méfier. Par ailleurs, une fille peut s’accrocher à un homme pour certains intérêts égoïstes et inavoués. Elle fera tout pour lui montrer le meilleur d’elle, juste parce qu’elle veut se marier. Une fois parvenue à ses fins, c’est alors qu’elle révèlera son vrai caractère.

La paresse

Proverbes 12 : 27 nous dit que « le paresseux ne rôtit pas son gibier ; mais le précieux trésor d’un homme, c’est l’activité ». Il y a des hommes qui ne veulent rien faire, espérant trouver une femme avec une situation professionnelle alléchante qui les prendrait en charge. Certaines filles également sont connues pour leur penchant à la paresse et la facilité. Elles attendent tout de l’homme et ne pensent pas à travailler. De surcroît, elles ne savent rien faire, ni en cuisine, ni en matière de travaux ménagers. Ce critère doit également être soigneusement examiné pendant la période de l’amitié et si la personne ne fait rien pour changer, vous devez vous en détourner le plus rapidement possible.

L’indécision

Les mariages hâtifs ne sont pas recommandés parce qu’il faut à chacun du temps pour connaître le caractère de l’autre, ses priorités, ce qui lui plaît ou déplaît ; mais les longues fréquentations qui vont parfois jusqu’à cinq ans ne sont pas à encourager non plus. En effet, l’on comprend difficilement pourquoi un homme fréquenterait indéfiniment une jeune fille sans jamais aborder la question du mariage, inventant toutes sortes d’arguments pour éclipser le sujet. Soulignons d’ailleurs que c’est parfois la jeune fille qui retarde la démarche du mariage, sous prétexte qu’elle n’est pas prête. Prendre du temps pour se fréquenter et apprendre à se connaître est une bonne chose mais il faut, à un moment donné, évoluer vers le mariage.

Je (l’auteur) suis consciente que certains jeunes gens, qui sont des élèves ou des étudiants, ont souvent besoin du temps pour achever leurs études et avoir une situation professionnelle stable avant de s’engager dans le mariage. Mais, quand rien ne vous empêche de vous marier, il serait anormal qu’au bout de deux ou trois années de fréquentation, aucune décision formelle ne soit prise dans le sens du mariage. Il y a souvent derrière ce manque de décision une malice, une intention de tromper l’autre dans sa bonne foi. On tient en quelque sorte l’autre en otage, sachant que l’on ne l’aime pas ou que l’on n’a pas l’intention de l’épouser.

Les addictions

L’alcoolisme, le tabagisme et la toxicomanie sont un problème de santé publique, et concernent une proportion importante de la jeunesse. Il convient de signaler que l’addiction ne se limite pas à la consommation incontrôlée de produits nocifs pour la santé comme l’alcool, le tabac ou la drogue. Elle concerne aussi la consommation incontrôlée de nourriture (boulimie), la dépendance aux jeux, à la pornographie, etc. Ainsi, lorsque vous avez affaire à une personne dépendante, vous devez évaluer sa propre disposition à rechercher la solution avant toute décision à fonder un foyer avec elle.

Le gaspillage

Une personne est dépensière quand elle ne contrôle pas ses sorties d’argent. Tout ce qui entre dans ses mains est immédiatement dépensé, bien souvent, pour des futilités. C’est un trait de caractère qui se trouve souvent chez les fils/filles à papa. Or, la gestion des ressources du foyer est généralement source de mésententes entre les conjoints. Habituellement, l’un est économe tandis que l’autre est gaspilleur. Ces traits de caractère sont détectables, et doivent être détectés, avant que vous ne vous engagiez dans une vie commune. Car, il est quasi impossible qu’une personne gaspilleuse devienne économe une fois mariée.

Lorsque vous vous apercevez que la jeune fille ou le jeune homme que vous fréquentez est prodigue, vous devez l’encourager à la discipline avant de prendre votre décision de vous marier, si vous voulez vous évitez des tourments et des querelles.

La loquacité

C’est une disposition (habituelle ou occasionnelle) à parler beaucoup. Avec une personne trop bavarde, il n’y a pas de conversation, d’échange, mais un monologue régulier dont vous finirez par vous lasser. De telles personnes sont souvent évitées par leur entourage. Alors que ferez-vous si après le mariage, vous ne supportez plus le verbiage de votre partenaire ?

Le manque d’hygiène

Il s’agit d’une personne qui prend très peu soin de son corps et de son apparence sans que cela puisse s’expliquer par une pauvreté matérielle et financière. Certaines personnes n’aiment tout simplement pas se laver et portent les mêmes vêtements des jours d’affilé, bafouant ainsi les règles élémentaires d’hygiène. Ce manque d’hygiène corporelle se traduira de toute évidence par un manque d’hygiène dans le cadre de vie. Ainsi, une personne qui manque d’hygiène non seulement vous indispose par ses odeurs et est une source potentielle de maladies, mais, elle sous-estime également son corps que Dieu valorise.

La divergence de centre d’intérêt

La vie de couple n’est pas que câlins, mais aussi d’échanges fructueux et activités qui renforcent vos liens. Avoir des centres d’intérêt communs vous aidera dans ce sens. En revanche, avoir des centres d’intérêt divergents est préjudiciable à votre relation, car ils vous éloignent l’un de l’autre et ne vous donnent pas matière à échanger de façon soutenue et conviviale. Ce qui risque finalement d’émousser vos sentiments et votre amour l’un pour l’autre.

Le grand écart dans les niveaux d’instruction

Lorsque vous avez affaire à un niveau universitaire alors que vous n’avez pas franchi le cap de l’éducation de base, ou vice versa, vous devez examiner objectivement la situation. Précisons ici qu’avoir fait des études poussées ou ne pas en avoir fait, n’est pas en soi un défaut. Par ailleurs, la maturité et la sagesse d’une personne ne dépendent pas de son niveau d’études. Néanmoins, le grand écart entre les niveaux d’instruction peut devenir un obstacle à votre relation lorsque le partenaire « sur-instruit » commence à agacer des incongruités du « sous-instruit ». Lorsqu’il en est ainsi, le premier traite généralement le second de « bête » ou de « demeuré », tandis que ce dernier trouve que son partenaire est un bluffeur ! En vous blessant l’un et l’autre par de telles remarques désobligeantes, il va sans dire que votre relation ne pourra pas durer.

Tels sont les critères à considérer avant de vouloir s’engager à vie dans une relation amoureuse. A la suite de ces principes présentés plus haut, l’auteur explique : comment déceler les signes avant-coureurs d’un mariage à risque.

En premier lieu, il faut avoir du discernement par l’aide du Saint Esprit qui révèle toutes choses cachées. Ainsi, votre vie spirituelle doit être disciplinée avant le mariage, car si vous n’avez pas une communion réelle avec le Seigneur pendant ce temps-là, cela pourrait être difficile pour vous après. En second lieu, il faut la prière. Il est indispensable de prier le Seigneur pour qu’Il vous révèle ce qu’Il a de meilleur pour votre vie. Dans Jérémie 33 :3 il est dit « Invoque moi, et je te répondrai ; je t’annoncerai de grandes choses, des choses cachées, que tu ne connais pas ».

Ensuite, il faut de l’observation ; « L’amour est aveugle », dit-on. Si votre amour pour un jeune homme ou une jeune fille es aveugle, alors que certaines réalités vous sautent aux yeux pendant votre fréquentation, la mauvaise surprise et les larmes lui feront plus tard recouvrer la vue… Il n’y a certes pas de femme parfaite ni d’homme parfait mais il faut être vigilant. Il faut savoir observer et analyser objectivement le langage, les attitudes et les habitudes de votre prétendant ou de la jeune fille que vous courtisez. Fermer les yeux sur certains comportements de votre ami(e) ou de votre fiancé(e), c’est passer à côté d’indices que le Saint-Esprit vous donne afin de vous prévenir du danger qui vous guette.

Enfin, vous avez besoins de conseillers. Vous pouvez rechercher conseils auprès de personnes qui connaissent celle ou celui que vous fréquentez. Il faut des conseils objectifs des personnes qui n’ont pas de partie pris sur la personne, qui sont neutres et crédibles dans leurs analyses.

Après tout ces éléments, viendra pour vous la phase de d’évaluation et la prise de décision. A ce niveau, l’auteur conseille de ne pas passez pour un(e ) faible ou à l’opposé un(e ) difficile en refusant de prendre la décision qui s’impose. Lorsque vous voyez dans la vie de la personne que vous voulez comme partenaire les signes susmentionnés, courez vers la sortie la plus proche. Rompez la relation, en dépit des conséquences immédiates et apparentes, afin de sauver votre avenir. Toutefois, il convient de préciser de ne pas être trop exigeant(e ). D’un point de vue humain, personne n’est parfait. A force de chercher « l’oiseau rare », vous pourriez manquer la destinée que Dieu a pour vous, car vos critères seraient alors, non pas spirituels mais charnels. Il y a certains traits de caractère qui peuvent être travaillés si l’intéressé(e) a de la bonne volonté. Ne fermez donc pas immédiatement votre cœur à quelqu’un parce que vous avez découvert chez lui/elle tel comportement ou telle attitude qui ne vous conviennent pas.

Posez-vous d’abord la question de savoir s’il s’agit d’une situation qui peut être corrigée, et si l’intéressé(e ) est disposé(e ) à s’en défaire. Si la réponse est « oui », alors vous poursuivez la relation mais en demeurant vigilant(e ). Examinez par ailleurs votre propre cœur. Votre cœur est-il en paix ou est-il troublé lorsque vous pensez à la relation que vous entretenez avec la personne ? il ne faut jamais s’engager pour quoi que ce soit lorsque vous n’avez pas la paix du cœur.

OLIDI

Crédit photo : Istock

(Visited 24 times, 1 visits today)