Pour le mois d’octobre, je vous présente le résumé du livre « Jouir du choix de ton conjoint » de Zacharias Tanee Fomum. Selon l’auteur, beaucoup de mariages se terminent par le divorce, et même ceux qui ne finissent pas par une séparation physique sont souvent brisés. Plusieurs personnes se débrouillent juste pour continuer à vivre ensemble, soit parce que les lois de la société l’exigent, soit à cause des enfants. Bon nombre se rendent compte après leur mariage qu’ils ont fait une erreur tragique: ils ont épousé la mauvaise personne, ils ont fait une erreur irréversible dans leur choix! Pour éviter ces erreurs, l’auteur propose un certain nombre d’éléments à prendre en compte pour faire un bon choix et vivre un mariage heureux. Lisons ensemble !

D’emblée, l’auteur explique que, la condition préalable et cruciale pour qu’un mariage soit heureux, c’est que les deux parties soient au centre de la volonté de Dieu pour elles, que leur relation avec Dieu soit correcte, qu’elles comprennent le dessein de Dieu dans le mariage et s’engagent à accomplir ce dessein. Il faut aussi que les partenaires se connaissent, qu’ils sachent ce qu’ils veulent l’un de l’autre, qu’ils recherchent la personne indiquée et fassent le bon choix. Tout cela semble trop exigent ou difficile à appliquer, mais, ce sont des conseils avisés d’une personne qui a été témoin de plusieurs déchirures de couple.

L’auteur va plus loin dans ses propos en expliquant qu’il est certain que le dessein de Dieu, c’est que le mariage soit une expérience merveilleuse, un avant-goût du ciel sur la terre. Et que Dieu a le bon partenaire qu’il te faut, et que si tu coopères avec Dieu, tu trouveras ce partenaire et en seras tellement béni.  La question qui se pose alors est celle-ci : « qui est ce partenaire ? Comment le trouver ? Comment mener à bonne fin notre relation pour qu’elle demeure une bénédiction ? ». Ce livre te le dira.

J’ai fait une terrible erreur !

Témoignage 1 : Nous étions mariés depuis trois mois lorsque j’ai commencé à la comparer aux autres filles dont j’avais découragé les avances. Elle n’était pas aussi travailleuse que Monique ou Chantal. Elle n’avait pas l’esprit ni l’humour de Marie-Chantal ou de Suzanne. Elle était loin d’être aussi sensuelle que Sylvie ou Dorotha. Il lui manquait ceci ou cela. Je m’ennuyais avec elle. J’avais fait le mauvais choix. C’était le drame de ma vie. Il fallait divorcer avant qu’il ne soit trop tard…

Témoignage 2 : il avait une bonne position sociale. Elle était bien éduquée et élégante. Ils étaient mariés depuis 16ans, avaient des enfants et des biens. Puis elle vint me demander conseil, et voici ce qu’elle dit : « j’ai toujours su dès le départ que cela ne marcherait pas. J’ai toujours senti que je devais dire Non, mais je ne l’ai pas fait. Puis, nous nous sommes mariés, et cela a été 16 années d’enfer ».

Témoignage 3 : « Ce sont mes parents qui avaient tout arrangé. Il était mon aîné de plusieurs années, et il avait de l’expérience à tout point de vue. Je n’avais que 17ans. Lorsque je le vis, je n’aime pas son apparence bien qu’il fût très beau. Nous nous sommes mariés. Mais tout au long, je ne l’ai jamais aimé. Lui m’aimait, mais s’intéressait aussi aux autres femmes. Je me donnais à lui lorsque je voulais obtenir quelque chose de lui. Il y avait un autre homme que j’aimais et que je respectais. Il aurait été pour moi le mari idéal. Il m’aimait et me respectait aussi. C’était très beau, mais nous n’étions pas de la même tribu… »

Témoignage 4 : Elle me dit : « Dr Fomum, je n’ai pas de chance ». Puis, elle éclata en sanglot et pleura longtemps. Si seulement j’avais écouté les conseils ! Cet homme est absolument inutile. Je ne trouve aucune bonne chose en lui. Si seulement j’avais écouté ! Elle continua à pleurer. Elle était enceinte. L’acte de mariage venait à peine d’être signé et elle était déjà profondément frustrée. Je regardais l’homme, il était beau. Il avait un bon emploi. Je dis à la femme : « il y a sûrement beaucoup de bonnes choses en lui. Il est beau ». J’essayai de relever autant de bonnes choses qu’on pouvait remarquer en lui à première vue. Mais elle continua de pleurer et dit : « il n’a rien en profondeur, je suis ruinée, je suis ruinée. Je souhaiterais avoir une deuxième chance… J’ai commis l’erreur de toute ma vie et maintenant je dois la supporter. Comment vais-je m’en sortir toute ma vie durant ? Comme je souhaiterais mourir pour que tout cela puisse s’arrêter ! ».

L’auteur poursuit avec d’autres exemples :

Exemple 1: Max Jules, l’athée, vécut une vie sans Dieu. Il épousa une fille impie. Le produite de cette union fut le suivant : 310 descendants moururent pauvres, 150 furent des criminels, 7 furent des meurtriers, 100 furent des ivrognes, plus de la moitié des femmes furent des prostituées, ses 540 descendants connus coûtèrent 1.250.000 dollars (environ 600.000.000 f CFA) au gouvernement des Etats-Unis.

Exemple 2: Jonathan Edwards (un éminent prédicateur de l’évangile de Jésus-Christ) vécu à la même époque que Max Jules. Il épousa une fille pieuse ; on fit des recherches sur ses 1394 descendants connus. De ce nombre : 13 devinrent chanceliers ou vice-chanceliers d’Université, 65 devinrent professeurs d’Université, 3 devinrent sénateurs des USA, 30 devinrent juges, 100 devinrent avocats, 60 devinrent médecins, 75 devinrent officiers de l’armée et la marine, 100 devinrent prédicateurs et missionnaires, 60 devinrent des auteurs de renom, 1 devint vice-président des USA, 80 devinrent de hauts-fonctionnaires divers, 295 avaient obtenu leur licence et de ce nombre, certains devinrent gouverneurs d’Etats, Ambassadeurs des USA dans des pays étrangers. Aucun de ses descendants ne coûta un franc au gouvernement des Etats-Unis.

Veux-tu être une malédiction pour tes enfants, petits-enfants, arrière-petits-enfants, etc. ? Ou veux-tu être une bénédiction pour eux ?

A suivre….

OLIDI

Crédit photo: www.baobablitteraire.com

(Visited 8 times, 1 visits today)