A la suite des raison mentionnées dans la partie 1 du résumé, qui pourraient expliquer le fait que vous ne soyez pas encore marié(e ) et qui ne dépendent pas de vous, l’auteur propose de retourner les projecteurs sur soi-même afin d’examiner sa personnalité. Cette dernière regroupe les pensées dominantes, votre caractère, vos habitudes, etc. Vous pourrez ainsi déceler, ce qui au plan individuel, empêche votre mariage. Après l’identification des problèmes, des conseils sont prodigués pour orienter les personnes concernées sur la voie à suivre, car Proverbes 20 : 18 déclare que « les projets s’affermissent par le conseil ».

L’insoumission

Certaines jeunes filles sont réfractaires à toute idée de soumission à leur futur mari, bien que cela fasse l’objet d’une recommandation expresse de Dieu dans la Bible. Jeunes filles, ne voyez pas comme une corvée l’instruction du Seigneur relative à votre soumission à votre futur époux. Certes, nous vivons à une époque où l’émancipation de la femme, l’égalité de genre et les droits de la femme sont plus que jamais d’actualité. Mais ces choses doivent être scrutées à la lumière de la Parole de Dieu. L’arrogance et la défiance ne sont pas seulement des obstacles à votre mariage, mais elles révèlent une mauvaise disposition de votre cœur à mettre en pratique la Parole de Dieu. Traitez cela avant tout engagement.

La colère

Les personnes qui sont toujours irritables, colériques et bagarreuses sont une entrave à leur propre mariage. Proverbes 21 : 9 nous dit « Mieux vaut habiter à l’angle d’un toit, que de partager la demeure d’une femme querelleuse ». Conseils : si vous vous reconnaissez dans ce trait de caractère, ne dites surtout pas : « telle je suis, je n’y peux rien », car vous risquez de compromettre vos chances de vous marier.

Le caractère possessif

Il est des personnes qui sont si jalouses qu’elles privent l’autre de sa liberté ; elles exigent un droit de regard sur tout ce qu’il/elle fait. Cela étouffe le partenaire et le fait imaginer sur ce que l’avenir lui réservait dans un mariage avec une telle personne. Conseils : croyez vous aussi, e, l’amour et en la fidélité de la personne que vous fréquentez. Vivez cette liberté que Dieu vous a donnée et permettez aux autres d’en profiter également.

L’impatience et les jugements hâtifs

L’impatience que certaines personnes manifestent, les empêche d’apprécier à sa juste valeur la fille ou le garçon qu’elles fréquentent. Elles ne se donnent pas le temps de connaître suffisamment l’autre, et ne lui laissent pas non plus la chance de démontrer sa bonne volonté ; ainsi elles rompent la relation avant même de disposer d’éléments d’appréciation suffisants. Certains portent des préjugés sur l’autre, souvent sur la base des on-dit. Ils retardent ainsi leur mariage, car le fait de juger l’autre et d’arrêter prématurément la relation leur fait perdre du temps et les fait passer pour des personnes peu sérieuses et instables. Conseils : ne vous bornez pas à ce que les autres disent sans avoir fait votre propre expérience. Apprenez la patience et marchez par la foi, dans la confiance en Dieu, et non par la vue ou par l’ouïe. Souvenez-vous de ceci : si vous pensez que toutes les filles ou tous les garçons sont mauvais, vous n’en rencontrerez jamais de bon.

La suspicion

Vous avez tellement été déçu(e ) par le mensonge et la tromperie des hommes ou des femmes que vous êtes désormais sur vos gardes. Les déceptions amoureuses du passé bloquent nombre de candidats au mariage parce qu’il leur est difficile de se libérer des émotions ou pensées négatives. Ils sont craintifs et suspicieux à cause de la mauvaise image qu’ils ont désormais du sexe opposé. Conseils : soyez prudent(e) et non suspicieux/se. Déchargez-vous sur Dieu de toutes vos déceptions et amertumes passées, afin d’être restauré et prêt(e) à entreprendre une nouvelle relation que Dieu a préparée pour vous. Autrement, l’amertume née de l’expérience passée fera « rompre » la nouvelle relation.

L’instabilité sentimentale

Elle résulte du fait que l’intéressé(e) ne sait pas ce qu’il/elle veut vraiment. Certains fleurtent avec deux ou plusieurs personnes à la fois sans pouvoir se décider avec qui elles veulent construire une relation sérieuse. Conseils : Soyez un homme ou une femme résolu (e). Cultivez également la loyauté et la fidélité dans votre vie personnelle et ensuite dans le mariage.  Vous ne vous en tirerez certainement pas à bon compte sir vous passez le temps à décevoir les autres.

La timidité

Parmi ce qui empêche plusieurs de se marier, notamment les jeunes hommes, il y a ce manque de courage pour déclarer sa flamme à la personne aimée. Combien d’occasions avez-vous ratées en fréquentant une fille sans jamais lui révéler vos sentiments ? Et vous tombez ensuite des nues lorsque vous apprenez que celle avec qui vous vous entendiez pourtant si bien s’est engagée avec un autre. Vous devez savoir qu’une fréquentation assidue mais sans révélation de vos intentions finit par être interprétée comme une simple affection fraternelle. Conseils : Ne donnez pas à Satan l’occasion de retarder votre mariage. En tant que chrétien, vous devez comprendre que la timidité n’est pas un fait anodin.

L’impudicité

Lorsque des garçons et des filles s’adonnent au vagabondage sexuel ou que des filles se livrent à des garçons avant leur mariage, cela devient un obstacle, car elle crée un désordre sur le plan spirituel et personnel. Aux yeux de Dieu, le mariage n’est pas la cérémonie, mais l’engagement de se préserver et de livrer qu’à son seul conjoint. Conseils : renoncez à l’impudicité et plaidez les mérites du sang de Jésus pour vous purifiez de toutes pratiques antérieures.

Les relations illicites

Quand une fille s’engage dans une relation en sachant pertinemment que l’homme est déjà marié, elle crée un handicap à son propre mariage, et pour cause : cette relation frauduleuse trouble un foyer déjà établi. Généralement, les filles acceptent de devenir des maîtresses des hommes par désespoir ou pour des intérêts matériels. Quel qu’en soit la raison, vous devez savoir qu’un homme marié qui vous fait la cour montre par ce fait qu’il n’est pas sérieux : pourquoi vous épousera-t-il tant qu’il peut continuer de profiter clandestinement de vous ? En outre, dans sa justice, Dieu ne vous donnera pas votre mari quand vous n’avez pas d’égard pour la femme de l’homme dont vous êtes la maîtresse. Conseils : quels que soient les avantages matériels et financiers que vous pouvez tirer de relations illicites avec des personnes mariées, je (l’auteur) vous en conjure, jeunes hommes, jeunes filles : repentez-vous maintenant et arrêtez cette relation puis faites confiance en Dieu pour vos besoins de subsistance. Les projets de Dieu pour vos vies sont de loin meilleurs que cela. Il voit vos larmes, entend vos prières.

Le perfectionnisme

Des jeunes hommes et des jeunes femmes empêchent ou retardent souvent leur mariage parce qu’ils sont à la recherche d’une personne « parfaite » à tout point de vue. Malheureusement, cette perle rare n’existe que dans les images ou les rêves, car chaque être humain a ses qualités et ses défauts. La perfection absolue relève de Dieu seul. Chercher le jeune homme parfait ou la demoiselle parfaite est donc une illusion qui vous maintiendra dans une frustration continuelle. Conseils :  Lorsque ce que vous appelez défauts chez l’autre n’est pas de nature à remettre en cause sa foi ou à mettre en péril votre future union, vous devez plutôt apprendre à l’aider à changer et non lui imposer le changement.

L’inflexibilité

Si vous définissez votre propre voie, la manière dont vous voulez que l’homme ou la femme se présente à vous ou se comporte envers vous, vous risquez fort de retarder votre mariage. Conseils : vous devez être flexible et laissez les choses se passer à la façon dont Dieu veut. Ne soyez pas borné, ouvrez vous au Saint Esprit et demandez-lui le discernement pour reconnaitre votre futur conjoint quand vous le verrez.

Le complexe de supériorité

Il y a des personnes qui se croient tellement élevées qu’il est indigne à leurs yeux d’épouser « n’importe qui », d’avoir un partenaire de niveau inférieur au leur. La fierté que certains célibataires éprouvent par rapport à leur niveau d’instruction ou leurs diplômes, par exemple, est un handicap à leur mariage, car ils n’hésitent pas à les étaler, agaçant ainsi les autres autours d’eux. L’on trouve aussi des jeunes filles qui vivent humblement malgré leurs richesses et leur statut social mais qui ne trouvent pas facilement chaussure à leur pied. Plusieurs hommes au nom de leur dignité qu’ils ont à défendre, refoulent l’amour qu’ils ont pour ces femmes, car ils refusent de vivre aux dépens de leurs épouses de peur qu’elles ne viennent à leur manquer de respect. Conseils : Il vous incombe de les convaincre par votre comportement et votre langage qu’ils comptent plus pour vous que vos richesses et votre statut social.

Le complexe d’infériorité

Si la Bible nous conseille de ne pas avoir une opinion trop élevée de nous-mêmes, elle ne nous invite pas cependant à ne pas nous sous-estimer. Beaucoup de personnes trouvent encore des raisons de ne pas être satisfaites d’elles-mêmes. Par exemple, certaines femmes n’apprécient pas leur propre corps. Les hommes ne sont pas en reste dans cette question. Le handicap, le nanisme ou l’obésité les maintiennent souvent sur la réserve car ils ont peur d’être éconduits par les jeunes filles. Et même s’il arrive qu’une jeune fille s’intéresse sérieusement à eux, ils restent méfiants. Conseils : Aimez-vous vous-même, et laissez-vous aimer tel que vous êtes.  Cependant, ce que vous pouvez faire pour vous améliorer, en ce qui concerne l’instruction, le savoir-faire et le savoir-être, etc… faites-le, car cela vous aidera dans la vie et dans le foyer.

Le non discernement des saisons

La vie de chaque personne est marquée par des saisons et des cycles qu’il faut savoir discerner. Chaque femme a un temps de visitation, un temps où beaucoup de garçons s’intéressent à elle et où elle reçoit des propositions de mariage. Les garçons, eux aussi, ont une période où leur quête de relation en vue du mariage est plus fructueuse qu’une autre. Conseils: Chacun doit prêter attention à cette saison critique où il/elle doit opérer un choix sous la conduite du Saint Esprit. Lorsque vous manquez le temps de votre visitation, vous devez attendre la prochaine saison.

Le veuvage et le deuil

La perte d’un conjoint est toujours douloureuse surtout s’il a été fauché dans la fleur de l’âge. Le partenaire vivant devra, tôt ou tard, penser à refaire sa vie avec quelqu’un d’autre si toutefois tel est son désir profond. Dans ce cas, si le remariage sonne dans ses pensées comme une trahison de la mémoire du partenaire défunt, il lui sera difficile, voire impossible, d’envisager l’avenir tant que vous restez scotché au passé. L’autre obstacle est la crainte de ne pas avoir un mariage aussi heureux que le précédent et celle que les enfants nés de la première union ne soient pas acceptés du futur beau-père. Conseils : cessez de culpabiliser et rendez grâces à Dieu pour toutes choses, puis tirez un trait sur le passé et faites définitivement le deuil.

Comme le disait le philosophe Chinois Lao-Tseu « Connaître les autres, c’est sagesse. Se connaître soi-même, c’est sagesse supérieure ». Cette invite à l’introspection, vous conduira à la sagesse supérieure de Dieu par la connaissance de vous-même et de ce qui a été des obstacles à votre mariage, affirme l’auteur. Célébrez le Seigneur dès à présent, car assurément votre mariage n’est plus loin, rencherit-t-elle.

De nouveaux partages des mois d’Octobre, Novembre et décembre sont en cours, restez connectés.

OLIDI

Crédit photo : crello.com

 

(Visited 7 times, 1 visits today)